L'économie Bleu qu'est ce que c'est ?

Nous, colibris, citoyens du monde, avons tous conscience que nous devons préserver notre Planète pour nous-même et pour les générations futures.
Nous nous efforçons ainsi de changer notre manière de vivre et nos modes de consommation. Ainsi, les produits anciens et naturels reviennent sur le devant de la scène, le bio se démocratise, les énergies renouvelables se développent, etc.

Mais tout cela a un coût
Il y a de quoi être sarcastique : en effet, détruire la Planète coûte moins cher que d’essayer de la préserver. C’est aberrant, mais c’est le constat amer qu’à fait Gunter Pauli.

Entrepreneur Belge, Gunter Pauli est au début des années 1990, l’initiateur du concept d’économie bleu. Il avait développé une marque de lessive écologique (Ecover) et mis en œuvre de nombreuses solutions pour réduire l’impact environnementale. Cependant, malgré ses ambitions et sa volonté écoresponsable, celui-ci s’est rendu compte qu’il participait quand même à la déforestation et à la destruction de l’habitat naturel des orang-outangs, notamment avec l’importation d’huile de palme en Indonésie.  Gunter Paul s’est ainsi persuadé que l’objectif de faire “moins mal” n’était pas suffisant et qu’il fallait envisager une transformation beaucoup plus radicale de tout notre système économique. Il décida de revendre son entreprise pour approfondir ses réflexions sur l’impact des activités humaines sur l’environnement.

L’Entrepreneur a développé le concept d'économie bleue peu de temps avant le protocole de Kyoto. L'objectif était d'imaginer un modèle économique qui ne produirait pas de déchets ni d'émissions et qui aurait un impact positif sur la création d'emplois sans coûter plus cher que les modèles économiques actuels.
Le 6 avril 1994, il créa la fondation ZERI pour permettre le développement des solutions, et produire sans émissions ni déchet ou polluants en s’inspirant de la nature.
Le principe de l'économie bleue
 

L'économie bleue s'inspire de la nature, de ce fait on la compare souvent à du bio-mimétisme.
La nature ne produit pas de déchets, ce qui est produit est réutilisé. C'est le cas par exemple des feuilles tombées des arbres qui sont dégradées par des organismes. C'est aussi le cas des déjections animales qui peuvent être nécessaires au cycle de développement de certains parasites. L'oxygène rejeté par les végétaux permet quant à lui la respiration chez les espèces animales.
Dans la nature, rien n'est perdu, tout se transforme.
De ce fait, elle ne produit pas de déchets.
    Pauli établit quelques principes de base sur lesquels repose l’économie bleue:

    -Dans la nature, le gaspillage n’existe pas. Tout est transformé en nutriment, en matière ou en énergie afin d’être réutilisé.
    - La Nature a évolué et est passée de quelques espèces à une biodiversité extrêmement riche. C’est bien la diversité qui peut apporter de la richesse et pas la standardisation telle que le propose le modèle industriel actuel.
    - La Nature change et s’adapte constamment ce qui représente des opportunités pour innover à chaque instant.
    - La Nature n’utilise que ce qui est disponible localement. C’est un modèle : une économie durable ne peut fonctionner qu’en respectant les ressources locales mais aussi les cultures et les traditions. La Nature satisfait en premier lieu les besoins de base pour ensuite évoluer vers la suffisance puis l’abondance. Notre modèle actuel est illogique puisqu’il se base sur des ressources qui se raréfient pour produire et consommer davantage.
    Les écosystèmes ne sont jamais linéaires mais circulaires.

    - Tout dans la Nature est biodégradable, c’est juste une question de temps.
    Dans les écosystèmes, chaque élément est connecté et vie en symbiose avec les autres
    -Dans les écosystèmes, les problèmes finissent toujours par devenir des opportunités.
    L'économie bleue permet que tout ce qui est produit au cours d'une fabrication soit réutilisé.  Ainsi, ce qui pouvait être considéré comme un déchet devient une source d'énergie pour produire autre chose. Elle s'oppose au modèle économique actuel qui produit beaucoup de déchet et en recycle très peu.

    Quel lien entre économie bleue et lutte contre le changement climatique ?

    Actuellement, les émissions de CO2 d'origine anthropique bouleversent le cycle naturel du carbone. Vous l’avez déjà compris, la combustion des énergies fossiles relâchent dans l'atmosphère le carbone qui était présent sous terre. Ainsi, l'augmentation de la concentration en CO2 de l'atmosphère a un impact sur les milieux naturels, par exemple il est responsable de l'acidification des océans. De plus, le CO2 participe au changement climatique qui modifie le bilan radiatif terrestre entraînant un réchauffement global. Les émissions de CO2 ont donc bien un impact sur l'environnement. Une économie bleue est donc une économie sobre en CO2.
     
    Zéro déchet, zéro émission, zéro pollution.

    L’entrepreneur à la tête de ZERI Zero Emission Research and Initiative , un réseau rassemblant des esprits créatifs du monde entier pour mettre au point des projets répondants aux problématiques d’aujourd’hui avec des solutions innovantes.

    Ils ont répertorié 100 des meilleures technologies directement inspirées de la nature. Toutes offrent des effets bénéfiques sur l’économie mondiale tout en garantissant aux hommes leurs besoins élémentaires : l’accès à l’eau potable, à la nourriture, à un travail et un abri.
    Nous allons voir quelques exemples.

    - Le marc de café peut être utilisé pour nourrir des champignons.
    Savez-vous que sur une fève de café, seul 0,2 % finit vraiment dans votre tasse ?
    Depuis 1994, un programme mis en place en Colombie permet de transformer les déchets du café (qui représentent quand même 99,8 % du produit !) en champignons shiitake.
    A leur tour, les déchets produits par les champignons sont transformés en nourriture pour les cochons. Les excréments des cochons sont convertis en biogaz.
    Ce procédé a permis la création de plusieurs centaines d'entreprises dans le monde, entre 1996 et 2013.

    - Le papier peut être fabriqué à base de minéral et non à base de végétaux.
    Il se compose notamment de carbonate de calcium, et de résine. A l'inverse du papier classique, sa fabrication ne nécessite ni produits de blanchiment, ni végétaux. Enfin, il a une durée de vie supérieure au papier classique car il peut être recyclé un nombre de fois bien plus important.

    - Le bambou est la vraie solution pour sortir de notre dépendance au béton, très gros consommateur en énergie et en ressources. Aujourd’hui, 1 milliard de personnes vivent dans des habitats construits en bambou. Si ces constructions sont souvent perçues comme des constructions de fortune, il serait temps de changer de regard !
    C’est ainsi que ZERI a construit son pavillon en bambou lors de l’exposition universelle de Hanovre en 2000 et a ainsi contribué à casser cette image. 41 ouvriers qui ne savaient ni lire ni écrire sont devenus des experts dans l’art de construire en bambou. Ils ont reçu une formation et un diplôme et érigent aujourd’hui des bâtiments en bambou partout dans le monde.

    - Le CO2 peut également être valorisé. Au lieu d'être rejeté dans l'atmosphère et ainsi participer au changement climatique, celui-ci peut être récupéré et valorisé. Il peut servir de source nutritive pour certaines algues, notamment la spiruline. A son tour, la spiruline peut être utilisée et servir de compliment alimentaire.

    - D’autres technologies inspirées de la nature offre des résultats époustouflants comme remplacer les lames de rasoir en titane par de la soie, ou utiliser les déchets d’une brasserie pour la pisciculture.
     
    Économie circulaire, économie bleue, vous l’avez bien compris Colibri Zéro Déchet partage ces valeurs novatrices pour vous accompagner dans notre préservation de l’environnement durablement.

    Pour en savoir plus sur l'économie bleue, je vous invite à lire le livre L'économie Bleu 3.0 de Gunter Pauli.

    Ou de visionner l'interview cet entrepreneur engagé et inspirant par ThinkerView.





    Articles Récents

    Les arbres, l'espoir du 21éme siècle.

    Les Arbres pourraient être notre seul espoir.... Laissez-moi vous expliquer pourquoi en 2 minutes Bonjour, je m’appelle Christophe Martinez (c’est moi sur cette image au-dessus), mais cela est seulement important,...

    En savoir plus

    30 Livres sur le Zéro Déchet

    30 livres sur le Zéro Déchet Que l’on se le dise, les livres ne sont pas des déchets. Produits avec des matériaux compostable (le papier) ils sont je l’espère lu...

    En savoir plus

    Laissez un commentaire

    Ce blog est modéré